Océan Pacifique Challenger Deep, le chant des Mariannes

Appelé « Challenger Deep », c’est l’Everest sous-marin, perdu à 10 994 mètres de profondeur sous la surface de l’océan Pacifique, près des îles Mariannes. C’est le spot répertorié le plus profond de notre planète. Nul ne sait vraiment ce qui s’y passe, si des créatures y vivent, si la vie même y est possible.
Une équipe scientifique, menée par Robert Dziak, océanographe de l’US National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), vient de faire avancer la connaissance de ce « trou noir », en réussissant à enregistrer les sons qui existent au point Challenger Deep. Un hydrophone fait de céramique, placé dans une coque de titane, a été descendu lentement au fond de l’océan, de façon à supporter l’immense pression de près de 1 114 bars. Pendant 23 jours en juillet 2015, il enregistra les sons qui résonnaient dans cet endroit où il fait toujours nuit. On y entend des appels de baleines, des turbines de bateaux et d’autres plus mystérieux, comme des halètements, des soupirs, des frottements tectoniques…

La pression y est considérable : plus de 1.100 atmosphères. Par comparaison, la surface de la Terre n’est soumise qu’à une seule atmosphère. À l’heure actuelle, douze hommes ont déjà marché sur la Lune alors que seulement trois personnes ont atteint le fond de la Fosse des Mariannes : la première exploration de Challenger Deep date du 23 janvier 1960. Les explorateurs Jacques Piccard et Don Walsh atteignent la profondeur de 10.916 mètres à bord du batyscaphe Trieste. Plus de cinquante ans après cet exploit, James Cameron, le réalisateur d’Abyss, Titanic et Avatar devient le troisième homme à s’être aventuré si profondément sous la surface de l’eau, le deuxième encore en vie avec Don Walsh et le premier à être descendu en solo.

Selon Robert Dziak , « La lumière ne voyage pas très loin, mais les sons, oui. C’est pourquoi l’acoustique est le meilleur moyen de savoir ce qui se passe dans les profondeurs de l’océan. J’ai été surpris de voir avec quelle clarté on pouvait entendre des baleines, des bateaux et toute sorte d’activité se déroulant à la surface de la mer. » Les vibrations qui provoquent les sons peuvent voyager longtemps, de sorte que la fosse des Mariannes fonctionne comme une puissante chambre d’écho de sons émis dans un large rayon autour d’elle. On entend clairement le bruit d’un bateau à moteur qui passe à plus de 10 000 mètres au-dessus du point d’enregistrement. Le but de cette mission, explique la NOAA, n’est pas de découvrir des monstres des profondeurs par les bruits qu’ils émettent. Il s’agit, bien plus scientifiquement, de mesurer le niveau du bruit produit par l’homme pour « permettre aux scientifiques du futur de déterminer si les niveaux sonores ont augmenté et comment cela peut affecter les animaux qui utilisent le son pour communiquer, naviguer ou s’alimenter ». L’organisme a prévu de retourner à Challenger Deep en 2017, toujours avec un hydrophone, et une caméra pour les images.
article grands-reportages.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :