NewLeaf Travel, la nouvelle compagnie low cost canadienne

Une nouvelle entreprise aérienne, NewLeaf Travel, a fait son entrée sur le marché canadien en offrant des prix alléchants aux voyageurs pour les vols domestiques.
Les tarifs de base proposés par NewLeaf Travel oscillent entre 89 $ et 149 $, selon le vol choisi. Pour le moment, l’entreprise offre des vols à partir et en direction des aéroports d’Abbotsford, Kelowna, Saskatoon, Regina, Winnipeg, Hamilton et Halifax.
Ainsi, un aller simple reliant Kelowna à Saskatoon ne coûterait que 89 $. En comparaison, WestJet et Air Canada offraient le même vol au coût de 304 $ et 307 $, respectivement, en date du 6 janvier.

Vols seront offerts dès le 12 février à partir de sept aéroports :

160106_f294e_feuille-route-newleaf_sn635

Abbotsford, Colombie-Britannique
Kelowna, Colombie-Britannique
Regina, Saskatchewan
Saskatoon, Saskatchewan
Winnipeg, Manitoba
Hamilton, Ontario
Halifax, Nouvelle-Écosse

Les prix de base de NewLeaf Travel n’incluent que le vol. Des options comme les boissons, l’embarquement prioritaire et la sélection des sièges sont proposés à la carte. Des coûts supplémentaires sont aussi à prévoir pour les bagages, y compris pour ceux amenés en cabine.
NewLeaf Travel utilise les avions de Flair Airlines, des Boeing 737-400 ayant une capacité de 158 passagers.

IMG_9024-1024x682

Complément d’information.

Un grand scepticisme entoure le lancement de NewLeaf Travel, cette nouvelle société aérienne ultra low cost, inaugurée hier à Winnipeg.

De façon générale, les analystes ont accueilli le lancement de ce nouveau transporteur avec précaution, rappelant que si NewLeaf risque à court terme de faire de l’ombre Air Canada (Tor., AC) et WestJet Airlines (Tor.,WJA), sa survie est loin d’être assurée à plus long terme.

La nouvelle société à très bas prix prévoit offrir des vols à partir de sept aéroports canadiens à compter du 12 février prochain. Ces villes comprennent Halifax, Hamilton (Toronto), Regina, Saskatoon, les villes britanno-colombiennes d’Abbotsford et de Kelowna, ainsi que Winnipeg, où est établie la société.

NewLeaf adopte un modèle d’affaires similaire à celui déjà utilisé depuis des années par des transporteurs comme Spirit Airlines, Frontier Airlines et Allegiant Travel aux États-Unis. Au tarif promotionnel de 89$ pour un aller simple, les passagers doivent prévoir des frais supplémentaires pour leurs bagages de cabine, pour la réservation d’un siège particulier et pour le service de boissons en vol.

L’analyste David Tyerman, de Canaccord Genuity, s’inquiète que les ressources financières de l’entreprise puissent ne pas suffire pour résister pendant une longue période aux assauts de la concurrence.

L’histoire récente de l’industrie, rappelle-t-il, ne manque pas d’exemples de nouveaux transporteurs morts au combat, malgré toute leurs bonnes intentions. Pour mémoire, ce cimetière du ciel comprend Canada 3000 (1988-2001), Jetsgo (2001-2004), Roots Air (2000-2001), Zoom (2002-2008) et CanJet, qui a fini par rendre les armes à la fin de 2015.
Ben Cherniavsky, analyste chez Raymond James, voit cette nouvelle concurrence d’un mauvais oeil, déjà qu’on remarque depuis cet automne d’un ajout de capacité de la part de ces transporteurs. Dans une analyse le 7 janvier, il dit craindre que le contexte concurrentiel se détériore à court terme, même si les chances de survie de Newleaf paraissent faibles à long terme.

Enfin, l’analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque nationale, estime pour sa part que l’impact initial de ce nouveau venu risque d’avoir peu de conséquences sur la concurrence, en raison du peu de fréquence offerte par le transporteur.
Disposant d’une flotte limitée initialement à celle de son partenaire Flair Airlines (cinq Boeing 737-400s), NewLeaf offrira pour commencer qu’une ou deux liaisons par semaine entre chacune des villes qu’il entend desservir, réduisant d’autant son impact sur l’offre plus régulière de transporteurs tels Air Canada et WestJet.
Cette faible fréquence l’empêche d’attirer une forte clientèle d’affaires, et le limite pour l’heure au marché des passagers d’agréments, qui seront surtout attirés par les tarifs bas offerts par le nouveau venu.

Enfin, l’analyste de la Financière Banque nationale estime que le transporteur n’aura guère le choix de s’ouvrir éventuellement à l’offre de destinations soleil s’il entend «demeurer viable à l’année longue».
Cette avenue forcerait cependant NewLeaf à se mesurer à une compétition encore plus féroce, composée non seulement de WestJet et Air Canada, mais également de tours opérateurs canadiens comme Transat et Sunwing.
À cette concurrence locale s’ajouterait en plus celle des ultra low cost américains, opérant dans un nombre important d’aéroports américains qui bordent la frontière canadienne, d’un océan à l’autre.
article Les Affaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :